• CR - Quimper en images

                    Personnellement, je fais partie des gens qui disent que le triathlon, ce n'est pas dur. Mieux, je dis que c'est facile ! Pas facile dans l'absolu, mais facile pour nous qui pratiquons notre sport presque tous les jours depuis des années.

                    Et comme c'est facile, des fois, bah... ça manque de piment... Notamment à Quimper, Dimanche dernier. Voyez vous-même avec le compte-rendu de la course :

    Après une natation plutôt à mon niveau, j'effectue une transition assez à mon niveau. Par la suite, je réalise un vélo vraiment à mon niveau avant d'entamer une autre transition que je qualifierai d' "à mon niveau" . Enfin, je boucle le triathlon avec une course à pied exactement à mon niveau. A l'arrivée, je ne sais pourquoi mais j'ai le sentiment étrange d'avoir fait une course à mon niveau.

                    Puisque je n'ai rien à dire sur ma course dans CE triathlon, je vais parler de mes triathlons en général ! Et coup de bol, les photos du triathlon de Quimper illustrent parfaitement un triathlon lambda en Bretagne :

     

    Le Débrief : Tout en images

    L'arrivée dans le parc, après avoir pris le dossard. Toujours un moment délicat : Est-ce que j'ai oublié quelque chose ?...

     

    Le Débrief : Tout en images

    Chacun a sa façon d'attendre le départ. Personnellement, j'opte pour une concentration maximale dans le sérieux le plus professionnel. Oui, je sais, j'ai souvent l'air d'être fermé, d'être introverti, mais c'est par soucis d'expertise et de performance.

     

    Le Débrief : Tout en images

    Dans le parc à vélo, en préparant ses affaires, il y a TOUJOURS un débat sur comment mettre le vélo sur la barre, mettre le casque ou non par terre, mettre les chaussures ou non sur le vélo, mettre la ceinture porte-dossard dans le casque ou sur les chaussures...

    Au final, on fait toujours exactement ce qu'on avait prévu avant de débattre.

     

    Le Débrief : Tout en images

    La mise à l'eau est souvent un peu délicate à Quimper. Il faut essayer de plonger entre les pigeons morts et les nappes d'essence. Cependant, l'eau est bonne et avec un goût très... pas un goût d'eau en tout cas...

     

    Le Débrief : Tout en images

    Le départ, comme d'hab...

    Tout le monde en fait des caisses avec les départs sur les courses, comme si c'était un truc fantastique. Mais en réalité c'est plat : on brasse pour rester sur place, on parle, on râle, et puis on commence à nager... Pas très passionnant...

     

    Le Débrief : Tout en images

    La traditionnelle "baston" dans l'eau. Ca par contre, c'est pas toujours très évident... Moi ça me fait rire, mais je conçois qu'on aime pas trop se faire couler dans une eau noire et froide... Sur la photo on me reconnait bien : Je suis 50cm sous l'eau, un peu sur la gauche.

     

    Le Débrief : Tout en images

     

    Etape d'une extrême difficulté. Je mets toujours 3 ans avant de trouver le cordon de ma combinaison et surtout : Mes cheveux m'empêchent de voir quoi que ce soit...

     

     

    Le Débrief : Tout en images

    Après une petite transition, une petite partie cycliste avec un petit vélo sur un petit parcours vallonné. Rien de bien folichon : on pédale vite, et on attend.

     

    Le Débrief : Tout en images

    Encore une étape difficile : chercher du regard la ligne de descente du vélo. Une fois trouvée, il faut veiller à ne pas descendre à 30kmh. Sur ce dernier point, j'ai beaucoup de mal à performer...

     

    Le Débrief : Tout en images

    La 2ème transition est plus facile que la première pour tous les triathlètes ayant des cheveux de type "humain". Pour les autres, comme moi, c'est tout un art. J'applique un protocole C que je maitrise à la perfection : lunettes qui choppe les cheveux, hop, remontée des lunettes sur le sommet du crâne pour rabattre les cheveux, visière mise par devant et basculée vers l'arrière pour plaquer les autres cheveux et coincer les lunettes. Stratégie impeccable.

    S'en suit une petite course à pied.

     

    Le Débrief : Tout en images

    A l'arrivée, la souffrance et la lassitude s'expriment d'elles-mêmes... J'aime faire le pas de danseur car il est particulièrement symbolique pour moi et représente une métaphore de la... bah de la connerie surtout...

     

    Le Débrief : Tout en images

    Oui, oui, on a l'air de se parler poliment. Mais on se déteste. Si je me rappelle bien, Pacome était juste en train de me dire : "Ecoute mec, quand t'auras des chaussettes aussi classes que les miennes, tu pourras repasser." et moi de lui répondre : "Tes chaussettes contre mes tongs de plage ? Tu veux rire ?"

     

    Le Débrief : Tout en images

    Là, on a un peu l'impression que je dis : "Attends, lui ? Tu veux rire j'espère ?!" Mais en réalité c'est plutôt : "Ok, lui il gagne la course. Mais moi j'ai la meilleure mobilité de sourcils de Bretagne."

     

    Le Débrief : Tout en images

    Les interviews avec Gillou, c'est toujours un plaisir. Pour ceux qui ne savent pas, Gillou c'est un peu le World-Breizh Champion Master League Tournament Speaker 2015. Il sait tout, il connait tout. Une fois, j'arrive sur une course et il me dit : "Alors Colin, la rumeur dit que tu as mangé une tartine de moins ce matin...". Et c'était VRAI ! Chapeau.

     

    Le Débrief : Tout en images

     

    Pour finir, voici une photo que je trouve très jolie. Non pas pour le sujet, mais pour l'angle de vue, la dispo, les marges, etc... (Florence Touvron, la World-Breizh Champion Master League Tournament Triathlon Photographer 2015) Et puis ça me rappelle un bon souvenir. J'ai fais 2ème, c'est une très bonne place. En réalité, je suis content d'avoir fait ce que je voulais faire : un gros vélo et une course à pied sans flancher derrière. C'est plutôt pour ça que je lève les bras d'ailleurs...

    En revanche, il y a une photo que je préfère bien mieux :

     

    Le Débrief : Tout en images

    Cette photo-ci.

    Dans un précédent un article, je disais que pour moi, mes plus gros moments de joie était ceux qui se déroulaient dans le calme, dans la contemplation, dans l'apaisement. Et la vérité c'est que je suis bien plus content sur cette photo que sur la précédente.

     

    Le Débrief : Tout en images

    Parce que ça, je peux très bien le faire chez moi, tout seul, dans mon jardin. J'ai juste à lever les bras en courant. Pas très compliqué...

     

    Le Débrief : Tout en images

    Mais ça, je peux pas le faire dans mon jardin. Partager les derniers mètres de ma course avec les personnes qui m'ont lancé des "Allez Colin !" chaleureusement pendant toute la course. Avoir un contact symbolique. Montrer aux gens que la reconnaissance qu'on acquiert, c'est pas grâce au mental de guerrier ni au sérieux dont on fait preuve à l'entrainement. Mais que c'est grâce à eux. Parce qu'on a beau faire les durs à cuire avec nos beaux vélos et nos gros quadriceps, sans personne pour les admirer on aurait l'air d'idiots. Mais pour ma part, j'en ai strictement rien à faire de la reconnaissance. Du coup c'est super parce qu'il ne me reste qu'une seule chose : le partage.

    Si je dois avoir un seul regret du Triathlon de Quimper, c'est de ne pas avoir pu taper dans toutes les mains. D'ailleurs, ça va me manquer tout ça, cet été. Pas de triathlon en Bretagne avant Septembre... Ca va être long !

    Le Débrief : Tout en images

     

    « Balade avec LudoDeux entrainements types »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 15 Juillet 2015 à 19:08

    Colin ArroS... Le choix des moS, le choc des PhotoS !

    2
    Mercredi 15 Juillet 2015 à 21:48

    Reste comme tu es... C'est toujours un plaisir de te voir sur les courses, et encore plus plaisant depuis qu'on lit tes réflexions personnelles ! Continue comme ça ;)

    3
    Mercredi 15 Juillet 2015 à 23:25

    Merci à vous deux ! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :