• CR - Le Trail Glazig

     

                    En introduction, je dirai que l'entrainement hivernal, et ça tout le monde le sait, se doit d'être sérieux. Mais trêve d'introduction... Laissez-moi plutôt vous raconter l'histoire de mon hiver. Ou plutôt, l'histoire d'un évènement qui a symbolisé mon hiver sportif...

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

                    Tout commence dans la Normandie que nous connaissons tous. Un soir, seul dans le froid de son triste appartement d'Evreux, le Gros Robin Moussel fulmine un plan diabolique pour partir dans les lointaines contrées jurassiennes dans le but de pratiquer le ski. C'est ici que je rentre dans l'histoire. Apprenant les projets du Gros Robin, comme on l'appelle dans la campagne bretonne, je décide de lui envoyer un pigeon voyageur avec un mot tout à fait spécial...

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

                    Ni une, ni deux, attiré par l'envie de partager son séjour de franche rigolade avec deux compères qu'il ne connait que trop bien, le Gros Robin renvoie le pigeon en Bretagne avec une réponse favorable...

                    Moi-même et Manuel n'en pouvons plus d'attendre. Tout est déjà prêt dans nos têtes au matin du Mercredi 3 Février quand le Gros Robin nous fait parvenir une autre lettre :

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

                    Essuyant mes larmes de peine, je fais parvenir au Manu le courrier. Dépité lui aussi, nous restons tous deux sur cette note de tristesse...

                    Mais le soir venant, alors que je me noyais déjà dans la solitude de mon appartement brestois, le Manu me contacte : "Allo ?" me dit-il. "Allo, Manu ?" réponds-je. "C'est toi ?" dit-il. "Bah oui !" dis-je. "Allo ?" demande-t-il. "Oui, Manu ? Allo ?" demande-je. "Allo ? Je t'entends pas !" dit-il. "Là c'est mieux ?" dis-je. "Allo ?" dit-il...

                    Sans plus attendre, nous tentons de nous réconforter mutuellement quand le Manu a l'idée : "Pourquoi ne partirions-nous pas au ski de notre côté ?"

                    Ni une ni deux, le lendemain matin, donc pas tellement ni une ni deux, je me charge de trouver le lieu : Font-Romeu, et le temps : la semaine prochaine, de notre propre périple. Pour ma part, c'est le côté aventure qui me séduit : nous partons sans jamais avoir fait de ski, sans ski, avec pour but de tout trouver, apprendre et comprendre sur place. Programme ambitieux mais alléchant... 

                    Les jours suivants ne sont qu'une longue attente avant que Manu n'arrive chez moi, Vendredi soir, afin de se reposer une dernière nuit avant le trajet... Et c'est ici que l'aventure commence...

                    Le Manu et moi partons dans nos chambres respectives sur les coups de Minuit. Un peu énervé, et éreinté par le précédent entrainement de natation de 850m que je viens d'accomplir, je peine grandement à trouver le sommeil. Finalement, quand le réveil sonne à 4h50 du matin, je suis passablement exténué. Sortant de ma chambre, j'apprends qu'il en est de même pour le Manu. Nous montons tous deux à bord de la voiture et entamons notre chemin vers le Sud.

                    Sur la route, point d'embuches. Friands de défis, nous faisons le pari de rejoindre Font-Romeu sans jamais allumer l'auto-radio. La route défile, les heures passent, quand nous arrivons aux alentours de Toulouse. Chose amusante, le thermomètre de la voiture indique 13 degrés. Super ! M'empressant de me mettre en short et T-shirt, nous continuons vers Foix où Manu doit acheter un sac de couchage. En descendant de la voiture sur le parking du Décathlon, un léger sentiment de surprise nous parvient... Il fait désormais 15 degrés. Fichtre. Un peu chaud. Mais nous sommes encore loin de notre destination finale. Au loin, les montagnes ne semblent pas trop enneigées, mais comment se rendre compte des conditions quand, d'une part, on se trouve loin du lieu visé, et quand de l'autre on n'est que des petits bretons ignorants de toutes ces choses... Bref, nous remontons en voiture...

                    Rejoindre Ax-les-Thermes est un calvaire. Bouchons sur bouchons... Cela après déjà 10 heures de voitures presque sans pause. Heureusement que la température se stabilise autour des 13 degrés. De cette façon nous pouvons rouler les vitres ouvertes. Le Manu scrute le GPS : 600m d'altitude, soit 1000 de moins que Font-Romeu. Autour de nous, pas un seul flocon de neige au sol. Mais personne ne skie à Ax-les-Thermes. Sinon on le saurait. Alors nous roulons.

                    40, 30, 20, puis 10km nous séparent maintenant de Font-Romeu. Comme le soir approche, les degrés chutent, mais toujours aucune nappe de neige au dehors. Le Manu et moi commençons à plaisanter : "Imagine : Il n'y a pas de neige à Font-Romeu !" "Hahahaha ! Ouais ! Ca serait trop bête !" "Hahaha !" "........." "Non mais va y'en avoir, hein."

                    Vient le moment où le GPS nous indique que nous sommes à 1km de notre destination. Dans 1km, ce sera le point de rupture. Là-haut, droit devant nous, la fin de la montée. En basculant, nous apercevrons la vallée de Font-Romeu, et serons donc fixés sur l'épaisseur de neige. 1km, et nous sommes crispés sur nos sièges, sur le volant, les yeux en alerte. 500m, et nous sentons nos coeurs battre à tout rompre dans nos poitrines, attendant. 200m, et le dernier virage. Quand nous entrons soudain dans la vallée de Font-Romeu...

                    Il n'y a pas un seul centimètre de neige sur l'entièreté de la vallée. Pas un seul. Le Manu me demande pourquoi nous sommes ici. Je lui réponds que j'ai vu une webcam où il y avait de la neige. Il me dit que la webcam devait être en panne...

                    Nous garant dans le centre de Font-Romeu, nous réfléchissons. Il est impossible de skier de la semaine, et comme nous n'avons pas de vélos, nous ne pouvons pas descendre en Espagne pour faire une semaine triathlétique. Il est 18h30... Nous venons de faire 13 bonnes heures de route... Et là, plusieurs choix s'offrent à nous. Alors... Nous prenons le premier de ces choix : Faire un petit footing. Nous sommes là, après tout ! Alors autant en profiter !

                    C'est ainsi que Manu part de son côté, tandis que moi, blessé, je trottine 1km autour de la voiture. Et lors de mon kilomètre, je cogite. C'est trop bête, que peut-on faire pour rattraper le coup ? Non, nous n'avons pas les vélos, rien n'est envisageable à part... [Soupir] Rentrer. Rentrer en Bretagne, chez nous, et raconter à tout le monde notre mésaventure. Rentrer et se faire moquer à vie par toute une nation régionale. Rentrer et sombrer dans le désarroi, la procrastination, la dépression, l'alcool, les drogues dures et...

                    Et à mon tour, une idée lumineuse me vient. Vite, je me dépêche de boucler mon kilomètre en boitant et rejoins la voiture où le Manu m'attend. Lui, tenant la portière passager, se prépare à rentrer en toute simplicité, scrutant le paysage qu'il n'aura vu qu'une heure dans toute sa vie. Mais je viens le secouer : "Manu ! Est-ce que tu crois qu'on peut rentrer en Bretagne pour 8h30 ?" Jettant un coup d'oeil à sa montre, il constate qu'il est 19h00. "Et bien... Je crois, mais il faudra faire vite ! Pourquoi ?" Je laisse un temps avant de répondre, satisfait d'avoir les moyens de conjurer notre sort : "Je ne sais pas si je te l'ai dis, mais je suis inscrit sur le trail Glazig !", "Ah oui ! Le trail de 45km ?", "Oui !", "Mais tu es blessé, non ?", "Oui !", "Et tu n'as pas trop d'entrainement, non ?", "Pas grand chose, en effet !", "Et... C'est quand ce trail Glazig ?" "Départ demain à 8h30 !"

                    Faisant nos adieux à Font-Romeu, nous fermons les portes de la voiture et partons aussitôt. En direction de la Bretagne.

                    Le trajet retour est moins confortable. Il faut rentrer vite. Le GPS nous prévoit une arrivée sur le lieu de la course (Plourhan) à 9h15... Tout de nuit, fatigués par la nuit presque blanche de Vendredi et par celle que nous faisons en ce moment, incapables de dormir véritablement, contraints de rouler au milieu de la route sur 500km pour éviter de cogner les bordures à cause des averses orageuses et du puissant vent de côté en rafales, mangeant avec des couteaux en plastiques datant de l'été dernier à même les boîtes de conserves que nous avons achetés quelques heures plus tôt à Ax-les-Thermes... Enfin, "mangeant"... Une demi-boîte d'épinard pour ma part, une demi-boite de saumon, et un ou deux gâteaux, le tout consommé à intervalles irréguliers entre 20h et 4h du matin... Nous sentons les engourdissements venir, nous dormons quasiment au volant, et en plus de cela nous continuons notre pari de ne pas allumer l'auto-radio... Nous allons abandonner, prêt à nous arrêter dormir sur une aire d'autoroute quand je me rend compte avoir mal réglé le GPS... En réalité, nous avons 3 heures d'avance, et non pas 30min de retard. Mais partis sur notre lancée, nous continuons, et arrivons sur le parking pour les concurrents de Plourhan, à 5h10 du matin.

                    24h de voiture. Deux nuits blanches. Pas faim et plus faim à la fois. A ce stage, nous n'avons plus de pensées non plus. Je règle le réveil sur 7h15, l'heure d'ouverture des dossards, et m'endors. La nuit ne sera pas blanche finalement. Elle sera gris clair.

                    Selon moi, 10 ou 12 minutes après avoir fermé les yeux, le réveil sonne. Je m'habille chaudement afin de me protéger des 5 degrés qu'il fait dehors, décide de ne pas manger, et pars chercher mon dossard, complètement groggy. Les préparatifs sont compliqués. Mais lorsque le speaker annonce "Départ dans 1 minute !", je suis en train de chercher une bouteille d'eau pour remplir mes bidons. Je parviens à voler discrètement un pack d'eau dans une tente et m'enfuis en courant. Heureusement pour moi, le départ est retardé de quelques minutes...

                    Sur la ligne de départ, je suis... Content. Je vais passer une bonne journée. Il fait beau. J'ai hâte. Alors au "Pan !", je m'élance pour 45km...

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

                    Je n'en ai jamais autant chié de ma vie... Je finis environ 350ème, ayant couru à 8.2kmh de moyenne. Une hypo dantesque, une bonne déshydratation, et mes jambes en manque d'entrainement m'ont très logiquement lâchées au bout de 10km. Niveaux blessures, je ne sais pas... Quand l'entièreté de la jambe semble déchiquetée, parle-t-on encore de blessures ?

                    Mais tout cela n'a pas d'importance. Car ce trail, c'est la meilleure chose qui me soit arrivée de tout mon hiver sportif. Et même, c'est une des plus belles courses qu'il m'ait été donné de courir, et pour rien au monde je n'aurais fait autre chose ce jour-là...

                    Le Manu et moi rentrons, enfin, dans le Finistère après 2 dernières heures de route. Lui, repartant à Berven, moi, dans les Monts d'Arrée. En nous quittant, nous ne savons quoi nous dire. Alors un "A plus !" suffira.

                    Depuis, je repense, chaque jour, à cette étrange histoire que j'ai eu la chance de pouvoir vivre... Certains diront que, sous un angle de vue, on est allé faire un footing à Font-Romeu dans le week-end, d'autres diront qu'on est allé au Trail Glazig en passant par Font-Romeu, ou d'autres encore diront que j'ai fait le Trail Glazig en m'échauffant à Font-Romeu... On peut tourner l'histoire dans plusieurs sens, en réalité...

                    Quoiqu'il en soit, je ne sais pas si l'entrainement hivernal se doit d'être sérieux... Non, je ne sais pas... La seule chose que je sais, et bien...

                    C'est que si la saison 2016 est à l'image du week-end du 6 Février, alors l'année promet d'être... Hmm...

                    Sacrément sympa... :) 

     

    S2E1 - Entrainement dans l'ombre

     

    Footing à Font-Romeu :

    https://www.strava.com/activities/488853935

     

    Trail Glazig :

    https://www.strava.com/activities/488854459

    « CR - Guidel 2015Questions de reprise »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 31 Mars 2016 à 12:05

    Hello,

    Beau récit, com' d'hab'...

    Sinon, est-ce que les routes sont déneigées, en altitude sur les Monts d'Arrée ?

    2
    Greg
    Jeudi 31 Mars 2016 à 22:17
    Salut
    Cool .il y a du génie en chacun de nous .Certain l utilise !Les autres le cherche BRAVO à vous.
    3
    Vendredi 1er Avril 2016 à 09:31

    Haha bien sûr que non Fabrice ! Nous n'avons même pas de voitures ici.... lol

     

    Merci Greg, pour le coup je ne sais pas si c'est bien "génie" qui colle et non "folie".....

      • Greg
        Vendredi 1er Avril 2016 à 13:36
        Re
        L un ne va pas sans l autre ! Je pense que vous avez trouvez le bon odre...la folie était attendre la neige...
    4
    Mercredi 27 Juillet 2016 à 09:12
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :